Vision de la réussite et de l’échec

Extraits du Guide d’intervention institutionnelle : pour favoriser la réussite éducative des étudiantes et des étudiants autochtones du Cégep de Baie-Comeau, de Nathalie Santerre.


 

La vision de la réussite et de l’échec [1]

Pour eux, la notion d’échec telle que les Québécois l’entendent n’existe pas.

 

L’individu qui persévère, qui continue de progresser en dépit des obstacles, a réussi.

Divers facteurs contribuent à maintenir une divergence dans les perceptions par rapport aux étudiants innus qui fréquentent le collège. Pour eux, la notion d’échec telle que les Québécois l’entendent n’existe pas. Ce concept leur est étranger. L’individu qui persévère, qui continue de progresser en dépit des obstacles, a réussi. La note n’a pas d’importance. Un élève qui a investi toutes ses connaissances et ses compétences dans un projet scolaire, dans un examen, dans un travail long ou dans un exposé oral considère avoir réussi même s’il n’obtient que la note de passage, 60 %.

 

[1]  Ces informations proviennent de l’analyse et de l’interprétation des données recueillies auprès des étudiants autochtones à l’hiver 2012.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s