Compréhension des concepts abstraits et disciplinaires

Extraits du Guide d’intervention institutionnelle : pour favoriser la réussite éducative des étudiantes et des étudiants autochtones du Cégep de Baie-Comeau, de Nathalie Santerre.


 

S’assurer de la compréhension des concepts abstraits et disciplinaires 

 

  • Les étudiants autochtones éprouvent de la difficulté à saisir le sens de certains concepts abstraits, par exemple le sens des mots « légitimité » et « empathie ». Une femme de la communauté a relaté une expérience qu’elle a vécue lors de son cours de philosophie au collège. Elle devait décrire une fourchette de manière abstraite, en lui donnant une description au second degré. Cette dame n’a pas saisi le sens de la demande de son enseignant et elle a décrit la fourchette de manière concrète : un ustensile de cuisine qui sert à manger.

 

  • Pour favoriser la compréhension de concepts abstraits, comme l’empathie ou la spécificité dans la relation d’aide, faire visionner une capsule qui présente deux personnes qui échangent dans le cadre d’une relation d’aide. Idéalement, les étudiants peuvent aussi se filmer lorsqu’ils interviennent en relation d’aide pour voir concrètement les habiletés et les attitudes nécessaires à la relation d’aide. Cette activité se réalise déjà en Techniques d’éducation spécialisée (TES) au collège.

 

  • Pour favoriser l’acquisition de compétences en argumentation, proposer des sujets concrets, comme les bienfaits d’une alimentation équilibrée, plutôt qu’en exploitant une notion abstraite, comme les avantages de recourir à la pensée critique en soins infirmiers.

 

  • Idéalement, fournir aux étudiantes et aux étudiants un lexique des concepts disciplinaires propres au cours ou au programme dans lequel ils sont inscrits. Demander de concevoir eux-mêmes ce lexique dans la classe, lors d’un travail d’équipe. Chaque équipe travaille à la rédaction d’une série de définitions, puis les documents sont mis en commun et distribués à l’ensemble des étudiantes et des étudiants.

 

  • Quand cela est possible, démontrer devant les étudiantes et les étudiants les étapes à réaliser dans une activité. Les étudiants autochtones apprennent en observant et non en lisant des consignes sur une feuille.

 

  • Fournir aux étudiants un canevas de travail ou un exemple type du travail attendu afin qu’ils détiennent un exemple concret pour procéder. Il peut s’agir aussi d’un canevas pour la prise de notes afin d’apprendre ce qui doit être écrit en classe.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s