Catégories d’acteurs

Extraits du rapport L’étudiant autochtone et les études supérieures: regards croisés au sein des institutions.


Dans une recherche basée sur le paradigme compréhensif/interprétatif et d’approche interactionniste, il allait de soi qu’une pluralité d’acteurs serait à l’étude, ceci, redisons-le, pour mieux comparer et mettre en relation les perceptions des uns et des autres face à la réalité des étudiants postsecondaires autochtones. Voici donc les cinq catégories d’acteurs que nous avons interrogées.

 

Les étudiants autochtones de niveau collégial ou universitaire : Étant bien évidemment les principaux concernés quant à la nature de leur propre expérience scolaire postsecondaire, des étudiants autochtones ont été sollicités. L’échantillon du Cégep de Baie-Comeau était constitué d’étudiants innus (pour des raisons préalablement mentionnées), mais cela n’était pas un critère pour être admissible à la recherche. Quelle que soit leur nation, leur communauté d’origine, leur programme d’études, leur cheminement scolaire antérieur, leur niveau de scolarité (pourvu qu’il soit universitaire ou collégial), les étudiants autochtones étaient tous des participants potentiels.

 

Les enseignants : Tous les enseignants du Cégep de Baie-Comeau et de l’UQAC étaient admissibles à la recherche, pourvu qu’ils aient déjà été en contact avec des étudiants autochtones ou leur avaient déjà enseigné. Leur champ d’enseignement, leur nombre d’années d’expérience, le fait qu’ils aient enseigné ou non dans une communauté autochtone n’étaient pas des critères de sélection pour participer à l’étude. L’expérience se devait simplement d’être minimale.

 

Les professionnels : Cette catégorie d’acteurs regroupait tous ceux qui avaient déjà eu affaire à des étudiants autochtones dans le contexte collégial à Baie-Comeau ou universitaire à Chicoutimi. On retrouvait parmi eux des travailleurs sociaux, des psychologues, des conseillers pédagogiques, des secrétaires ou des conseillers de stage, des gens de la formation continue, des conseillers à la vie étudiante, des conseillers aux services en orientation et des aides pédagogiques individuelles. Encore là, le seul critère de sélection était d’être un professionnel collégial ou universitaire et d’avoir déjà collaboré avec des étudiants autochtones.

 

Les étudiants allochtones : Tous les étudiants non autochtones qui fréquentaient le Cégep de Baie-Comeau ou l’UQAC étaient des participants potentiels pour notre étude, quelle qu’ait été leur expérience préalable avec les étudiants autochtones.

 

Les intervenants de la communauté de Pessamit : Était aussi susceptible de participer à l’étude tout intervenant autochtone issu du milieu de l’éducation, de la santé, de la politique ou de la culture travaillant à Pessamit. Il s’agissait d’acteurs ayant une certaine connaissance et expérience au niveau de la langue, de la culture, des besoins et de la réalité des étudiants autochtones.

 

Le site de la recherche incluait trois lieux différents, dont deux étaient des établissements d’enseignement supérieur, l’un de niveau collégial (Cégep de Baie-Comeau) et l’autre de niveau universitaire (UQAC). Le troisième lieu de la recherche était la communauté de Pessamit, mais pour une seule catégorie d’acteurs, soit les intervenants du milieu de l’éducation, de la santé, de la politique ou de la culture.

 

En ce qui concerne la quantité d’acteurs interrogés par catégorie, nous avions fixé notre objectif à quinze. Nous estimions qu’à partir de ce nombre, une certaine saturation des informations serait atteinte, c’est-à-dire que même si une plus grande quantité d’entrevues avait été administrée, nous étions en mesure de supposer qu’aucune information nouvelle n’aurait été acquise. De façon majoritaire, les quotas ont été atteints, bien que certains ne l’aient pas été par manque de participants volontaires. Le tableau suivant détaille le nombre d’acteurs interrogés par catégories et par établissement d’enseignement.

 

Acteurs de la recherche

Site de la recherche
Catégorie d’acteurs Cégep de Baie-Comeau UQAC Communauté de Pessamit
Étudiants autochtones N = 17 N = 15
Enseignants N = 15 N=16
Professionnels N = 6 N = 8
Étudiants allochtones N = 13 N=12
Intervenants de la communauté de Pessamit N = 8

La sollicitation des participants s’est faite, au Cégep de Baie-Comeau, de manière très personnalisée lors d’un diner de lancement officiel du projet le 7 février 2012. Des gens de l’UQAC et du Centre Nikanite ont d’ailleurs participé à cet évènement. À l’UQAC, un premier appel aux catégories d’acteurs concernées a été lancé par le biais de courriels, de la plateforme Facebook du CPNN et d’affiches publicitaires posées dans nos établissements. Grâce à ces démarches, un certain nombre de volontaires s’est proposé pour chaque catégorie. Puis, pour combler les places vacantes, nous avons sollicité individuellement ou grâce au bouche-à-oreille des participants que nous savions susceptibles d’être intéressés, tout en restant soucieux que ceux-ci soient représentatifs de la population à l’étude. Concernant les étudiants allochtones, nous les avons recrutés en faisant des annonces dans les classes au début des cours, et ce jusqu’à ce que nous ayons atteint un nombre satisfaisant de participants.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s